• John patterson.

    Né vers 1810  dans une famille pauvre habitant un village pauvre.

    Vers 20 ans.  Il habite toujours au même endroit dans un  Village de cabanes en bois, cabanes allure farwest. Il est dans une région peu peuplée où les gens sont pauvres. L’homme marche et monte dans un train de chemin de fer , l’un des premiers pour aller ailleurs. Ensuite Karlottha le voit dans un bureau de recrutement de l’armée, il est assis à une table. L’armée engage n’importe quel garçon qui veut combattre. L’homme veut s’engager pour manger à sa faim  et survivre et non pas par conviction militaire. Il n’attend rien de la vie, juste manger. Il n’a pas d’autres opportunités de travail à part l’armée. Ce n’est pas un grand bavard.

    Vers 30 ans. Usa, il vit une  Vie de soldat. Il porte un  pantalon gris avec une rayure, une veste bleue avec épaulettes. Il est sur un cheval marron, il porte un chapeau. Il a un clairon dans sa main droite et tiens le cheval avec sa main gauche, la scène semble se dérouler  vers 1840.

    Maintenant il est dans un fort en rondins de bois, soit en Louisiane ou Caroline. Il vit toujours sa vie de militaire. Le sol est aride, sec et sableux. Les hommes dans ce fort sont la pour éventuellement le défendre contre d’éventuels envahisseurs et le garder. Mais nous ne sommes pas en époque de guerre. Cela se déroule avant la guerre de sécession, quand les Américains se battaient contre les indigènes et que les frontières n’arrêtaient pas de bouger . Les hommes s’occupent des munitions, ils boivent. Karlottha voit une scène où ils sont ravitaillés  en nourriture, elle arrive en charrette. Le convoi est sécurisé car ils ont peur des attaques en tout genre,.

    Autre scène : il lit avec des petites lunettes, il aime lire des livres de guerre ainsi que  Lafayette. Il a les cheveux roux chatains. C’est un homme solitaire et insociable.

    Il meurt de maladie en dans les années 1860 environ, peut-être 1862 pendant la guerre de secession, il a un peu + de 50 ans. Il a mal à l’estomac, il crache et il tousse.

     

    But de l’incarnation : faire l’expérience de  l’ordre et la discipline pour pallier au manque de rigueur et à l’envie de transgresser les lois. Dans cette vie, l’ame n’a pas tout pris , elle n’a pas eu besoin de certains traits de personnalité qu’elle a développé positivement ou négativement dans des vies antérieures à celle-ci. Par exemple, dans la vie precedente à celle-ci, l’ame prenait plaisir à séduire et en abusait, elle n’a pas activé ce trait de personnalité dans cette vie mais va revenir et travailler sur ceci dans des vies ultérieures. 


    votre commentaire
  • Vie antérieure en tant que Patrick Soulard , 20e siècle. Tous les éléments retranscris dans ce document  ont été captés sous médiumnité par Karlottha (Karlottha a recemment ouvert un cabinet de bien-être dans le dpt de la charente maritime, m'écrire pour + de renseignements).

    Patrick est né entre 1933 et 1935 surement à Paris.

    A 7/8 ans :  on est pendant la 2e guerre mondiale. Patrick porte des chaussettes hautes et des grosses godasses. Il a  été placé dans une école de garçons , un pensionnat, bref un endroit où il lui arrivera rien. C’est sa mère qui l’a placé la en sécurité, en campagne mais pas très loin de Paris. Sa mère est très peureuse, elle a peur de tout. Dans cette école, Patrick est  un garçon très dissipé, il fait plein de bêtises, par exemple il fait claquer des pétards pour faire peur à l’instituteur. Il a  2 ou 3 copains qui le suivent dans ses bêtises mais c’est Patrick le meneur. Cette école où il n’y a pas de filles, est tenue par des curés, c’est strict mais Patrick s’en fout.

    A 9 ans , il  n’est pas gros, il porte une chemise blanche et a les cheveux bruns.

    Scène ou Il a 20 ans : Il est parmi une foule dans un tramway de couleur claire. Il est avec 2 personnes, peut-être familières dans ma vie actuelle. Il leur parle, il est sur de lui, il les baratine. Patrick aime les femmes, d’ailleurs avec sa belle gueule il les séduit facilement et en abuse, il a  du succès avec les femmes et il le sait. Il porte un blouson noir en cuir et une casquette. Il fume, d’ailleurs Karlottha le voit jeter un mégot par terre, il fume pour frimer. Il a la peau mat, les yeux foncés et les cheveux bruns. La scène se passe après la guerre 39-45, au début des années 50, dans une grande ville  qui est sans doute Paris. Il y a beaucoup de monde.

    Puis, Karlottha voit sa mère paniquée entrer dans une église , pour demander de l’aide. Le curé est à l’autel, il est assez vieux et porte une soutane de couleur. La mère de Patrick  a environ 50 ans , les cheveux bruns épais et frisés, elle porte une jupe droite, ce n’est pas quelqu’un de riche. Elle a découvert quelque chose concernant son fils et cherche une solution. Elle sait que celui-ci a fait une grosse bêtise et ne veut pas le dénoncer à la police. Patrick  est un genre de petit trafiquant, il trafique au niveau des voitures (trafic  de pièces détachées , et trafique les compteurs de voiture), il semble s’y connaitre en mécanique.

     

    Autres scène : Patrick est dans une soirée, il y a plein de monde, on entend rire et l’alcool coule à flot. Lui est surement la pour une raison autre que pour s’amuser. Il a les cheveux ébouriffés, une cigarette à la main, avec l’autre main il se tient la tête. Tout va mal pour lui, rien ne marche comme il le veut. Il doit de l’argent à un monsieur agé qui porte des lunettes. Ensuite Karlottha voit une femme brune avec les cheveux mi-longs, elle porte un foulard et un sac noir , elle est élégante et elle soutient moralement  Patrick. Karlottha voit  aussi une petite ombre autour de Patrick, c’est celle d’un petit être négatif qui depuis l’invisible, l’enferme dans une spirale négative tout au long de sa vie.

     Nouvelle scène qui se passe en  1963. Il est pris dans une scène de violence qui a mal tournée, il meurt  à la suite de ses blessures. Il a environ 30 ans quand il décède.

    Retour dans l’au-dela : il est pénitencier. Il est à genou en train de se repentir, il sait qu’il a fait du mal mais cette incarnation n’a engendré aucun karma négatif car il avait pour mission de faire le mal.

     

    Le But de cette vie était d’ expérimenter la liberté dans tous ces excès.  Sa vie était prévue comme cela. Il a accepté de vivre une vie sans réels repères, une vie de « vagabondage »,  de j’enfoutiste, une vie instable. Bien que Patrick ait fait le mal, Cette vie n’a pourtant pas engendré de karma négatif. Cette expérience de vie de vices et d’abus en tout genre  était une mission  pour faire travailler sa mère qui avait besoin de vivre une expérience avec un fils comme cela pour comprendre certaines choses qui l’ont fait évoluer. L’entité qui a été choisie pour incarner Patrick Soulard avait déjà expérimenté  et abusé de divers vices dans d’autres vies, et il continuait à prendre du  plaisir à abuser de ces attraits négatifs, il était donc parfait pour jouer le fils de Mme Soulard et c’est pourquoi sa mère l’a choisit, il fallait une entité de vibration basse pour remplir cette mission de vie. La mission de Patrick  était donc de continuer à faire l’expérience du mal pour faire évoluer sa mère, mais à son retour dans l’au-dela, il a enfin compris aussi que faire le mal autour de soi en abusant des certains aspects négatifs (comme l’escroquerie, la séduction abusive, l’irrespect, etc…) cela faisait du mal à autrui mais aussi à soi même, cela le maintenait sur une vibration basse  éloignée de la lumière. Il était dégouté de ces agissements et se  rendait compte qu’ils l’ engluaient dans des énergies lourdes. Après cette vie vécue à Paris, l’entité  choisit de nettoyer toute cette négativité lourde  acquise dans d’autres vies + lointaines et qui l’empêche de vibrer plus proche de l’UN. Cette entité décida donc de revenir sur Terre 10 ans + tard pour nettoyer toute la négativité acquise depuis bien longtemps, le nettoyage fut planifié pour la fin de l’année 2012, car c’est un moment où les influences universelles sont propices à l’Ascension de l’âme vers l’Un, donc propice pour se décharger de toute négativité à celui qui en a et qui veut s’en débarrasser. Ce que fit cette entité avec succès.

     


    votre commentaire
  • Voici l’histoire de Roderick Walley qui a vécu en Ecosse au 16e siècle et qui est revenu sous le prénom de Simon, réparer au 20e siècle les erreurs qu’il a commis 500 ans plus tôt. Cette histoire pourrait paraitre fantastique et pourtant elle est vraie et peut nous faire réfléchir sur les conséquences de certaines de nos actions auxquelles nous donnons vie dans notre incarnation. Mais si vous n’y croyez pas, prenez la comme une fiction.

    Roderick voit le jour en 1505 en Ecosse sous le règne de Jacques 4. Il est le fils de quelqu’un d’important. Sa mère est morte en couches, et son père est décédé quand il était très jeune. Un ami de son père, qui est un seigneur, l’a recueilli pour en faire son page. Ce seigneur n’a pas d’enfants.

    A 10 ans, les cheveux de Roderick sont coupés au carré. Il est toujours un page au service du seigneur fortuné, ce dernier   est strict et ne donne pas d’affection à l’enfant. Roderick vit dans le domaine du seigneur et y vivra jusqu’à la fin de sa vie. Ce domaine se trouve en campagne. Il y a une grande cour intérieure dans la demeure.

    A 15 ans, il porte une cote de maille. Il doit faire les armes, car comme tout page, il doit devenir écuyer puis chevalier. Ce qui l’enchante guerre. Son éducation est très stricte, il apprend le maniement des armes, il apprend aussi à lire.

    Nous sommes maintenant en 1523, il a  donc 18 ans. Il est maintenant un jeune homme, il porte un chapeau en velours vert avec 2 sortes de tissu. Ses cheveux sont épais,  bruns et roux foncé, il ne porte pas de barbe. Ses cheveux sont coiffés au carré avec des boucles. Il porte un vêtement avec des grandes manches blanches. Son destin est tout tracé, il va devenir chevalier et devra partir à la guerre. Mais Roderick est pacifiste et n’a aucunement envie de devenir chevalier, ni de guerroyer contre les anglais, ce destin lui est tout tracé et il veut le fuir.

    Il a donc décidé d’agir et de contrer ce destin tout tracé. Il doit  contrer celui qui dirige sa vie et qui planifie son futur. Il veut retrouver le pouvoir sur sa vie, acquérir la liberté. Pour cela, il a une idée farfelue mais une idée qu’il va mettre en pratique et il va agir dans l’ombre. Il va tenter de changer les pensées du seigneur, en essayant de créer la zizanie en lui, il veut le rendre fou,  pour cela il va  faire des  incantations et une sorte de rituel. Il a réussi à convaincre un curé qui a quelques connaissances dans ce domaine. Celui-ci veut bien l’aider car il pense que Roderick est victime d’injustice. Les 2 compères vont associer l’occultisme avec l’alchimie. Cela va donner un genre de rituel pour essayer de changer le destin.

    Pour leur pratique occulte, ils utilisent  , entre autres, un liquide bleu, surement un produit chimique, le curé fait des incantations en latin en se servant d’un pendule qui a une tête de mort et 3 billes jaunes. Il y a aussi un gros livre épais et poussiéreux à coté de lui et des symboles inconnus. Pendant ces expériences, Karlottha qui revit cette scène sous hypnose, ressent des sensations désagréables, elle ressent des pics dans le dos. Il est clair qu’ils font un genre de sorcellerie pour manipuler le seigneur, en lui envoyant des énergies négatives.  Roderick a même apprivoisé un aigle qui vole autour du domaine seigneuriale pour nuire de façon symbolique au seigneur.

    C’est donc le curé qui fait les incantations, mais  il ne semble pas très expérimenté et tout cela ne va pas donner les résultats espérés. Cela va même être un échec cuisant. Par leur pratique occulte, ils ont créé des énergies négatives, mais celles-ci n’ont pas atteint leur cible. Le seigneur n’avait peur de rien, ce qui lui a créé un bouclier naturel, les 2 compères ne pouvaient donc pas l’atteindre. De + , Roderick n’a  pas imaginer un instant que toutes ces énergies et pensées négatives envoyées à  cet être,  allaient être lourdes de conséquences pour le curé et surtout pour Roderick  qui est la tête pensante de ce projet, les conséquences seront catastrophiques comme nous allons le voir tout à l’heure.

    Ces expériences occultes qui ont échouées, vont se retourner contre lui. Ces énergies noires qu’il a créé par ces pratiques occultes mais aussi ses pensées négatives envers le seigneur vont l’emprisonner et malheureusement pour lui, l’accompagner jusqu’à temps qu’il les contre ou mieux qu’il  les transforme.

    Plus tard,  il est arrivé ce qui devait arriver, Le seigneur a envoyé Roderick à la guerre, celui-ci  est d’ailleurs devenu un chevalier. Il passera le reste de sa vie à guerroyer ici ou la.

    A 41 ans , on le voit  en armure, il est blessé et s’est allongé sous un arbre feuillu. C’est le printemps ou l’été. Il une barbe de couleur rousse  et brune. Il n’y a pas de cheval dans la scène. Il s’est  pris un coup de pieu ou une lance dans la jambe gauche, au niveau de la cuisse, cela est arrivé pendant une bataille  dans le comté de Richmond au royaume uni,  qui opposait les écossais aux anglais. Avec l’aide de soldats, il arrivera à  retourner au domaine du seigneur, mais sa blessure est + grave qu’il ne le pensait , le curé est à son chevet. Personne ne peut plus le soigner Il meurt suite à cette blessure.  Il ne laisse ni femme ni enfants derrière lui.

    Il quitte donc son enveloppe charnelle mais reste à errer sur le plan terrestre. Il se promène dans les plaines verdoyantes écossaises quand soudain, des esprits ou énergies noirs viennent lui rendre visite et ne le quittent plus. En fait, il n’a pas eu le temps de flâner dans les pâturages écossais, car à peine avoir quitté son corps, les énergies noires  qu’il avait lui-même créé pendant son incarnation l’accompagnaient et ne le quittaient plus.

    Il vivra d’autres incarnations dans lesquelles il n’évoluera pas, au contraire, les énergies négatives qu’il porte, ont attiré des esprits du bas-astral qui le manipulent. De +, il ne lutte pas, au contraire, il nourrit ces énergies négatives en faisant des actions qui le mènent toujours plus bas. Il meurt d’une vie en 1960 ou il a incarné un délinquant parisien. Il se nommait Patrick, volait différentes choses pour les revendre. Bref, c’était un trafiquant.

    En 1970, son guide spirituel lui suggérait de se réincarner pour faire face à toutes ses énergies négatives accumulées depuis 500 ans, et enfin les nettoyer ou les transmuter en énergies lumineuses. L’époque était propice à l’évolution, il y avait le virage de 2012 sur Terre à prendre, une nouvelle énergie terrestre qui favorisait ceux qui avaient une démarche évolutive. Bien sur cette incarnation serait difficile car toutes les mauvaises énergies allaient accompagner Roderick, mais quand il aurait 25 ans, une âme très élevée entrera dans sa vie et viendrait l’aider à faire face. Aussi s’il décide d’évoluer, il sera connecté à son âme de temps à autres par des états de conscience modifié, ce qui lui donnera de la motivation supplémentaire, son guide aussi sera la, il le protègera et lui enverra des signes aux moments opportuns, à lui de ne pas les rater. Bref, il ne sera jamais seul même s’il le croira parfois à cause du voile épais qui lui cachera les autres dimensions pendant cette incarnation.

    Roderick accepte et le voila reparti sur Terre pour une nouvelle incarnation. Comme pour tous les autres humains, le jour de sa naissance, les planètes de son thème astral sont aux mêmes endroits que le jour de son décès de sa précédente vie. Il nait un jour de mars 1971 et est baptisé Simon. Ses parents et son entourage ont été choisis pour leurs talents à remplir leur rôle. Ainsi son père est strict et sévère, ne donnant pas d’amour à son fils. Il est parfait dans son rôle et Simon revit la même enfance que Roderick. Il se sent emprisonné, seul et se replie sur lui-même. Comme 500 ans + tôt, il vit dans un lieu confortable mais ne connait pas l’affection familiale.

    Et puis, un jour il a 18 ans. Il quitte la maison familiale car il a décroché un emploi  à + de 500 kilomètres. Il va connaitre la liberté et va enfin voler de ses propres ailes. Malheureusement pour lui, c’est à cet instant que ses énergies négatives qui sont en lui vont se réactiver. En effet, cela était prévu comme cela, car c’est bien pour une raison de liberté qu’il avait mal agit vers l’an 1500, donc  à chaque fois qu’il avait accès à une certaine liberté dans ses vies, les énergies noires se réveillaient. Comme Ce fut le cas dans ses précédentes vies, son existence terrestre tournait à nouveau au désastre, le mal était encore présent en lui et Simon le nourrissait une fois encore par ses pensées et actions mauvaises. Les femmes qu’il rencontrait le quittaient très vite, son compte en banque était dans le rouge, il avait des problèmes dans sa vie professionnelle, mais avait toujours un travail quand même grâce à la protection de son guide. Une fois de +, Roderick et maintenant Simon avait le mal en lui.

    Et puis il eut enfin 25 ans et rencontrait l’âme élevée, comme c’était prévu. Elle avait pris les traits d’une femme et aller l’accompagner et l’accepter tel qu’il est. A partir de ce moment, la vie de Simon commença à changer, tous ces problèmes stoppèrent petit à petit, la protection de son guide se renforça, ce qui lui permis de faire moins de bêtises et d’acquérir plus de stabilité. Mais les énergies négatives en lui étaient toujours la et demandaient à Simon de les nourrir. Celui-ci eut donc le choix, c’est vrai qu’on est sur la planète du libre arbitre, alors Simon devait savoir quelle voie emprunter, quelles énergies devait-il alimenter ? le monstre qu’il avait créé et engrosser depuis 500 ans ou l’ange qu’il avait oublié mais qu’il était toujours la au fond de lui-même, attendant son heure de gloire ?

    Cette fois, il prit la voie de la sagesse et entrepris un long cheminement pour retrouver la lumière en lui. Bien sur, plusieurs fois, il douta, il trébucha mais se releva à chaque fois + fort  pour continuer le chemin. Pendant 14 ans, il suivait un chemin très long, car il revenait de très loin. Il lisait beaucoup, faisait de la méditation de la visualisation guidée. Cette dernière pratique lui faisait développer ses dons. Malgré ses efforts et son enthousiasme à avancer, les énergies et esprits négatifs étaient toujours la en lui. Grace à son éveil intérieur, Il les ressentait comme jamais, voyait même des esprits du bas-astral dans ses états de conscience modifié. Pire, il voyait qu’il avait été manipulé par eux et qu’il s’était laissé faire. Il ne comprenait pas, il les voyait comme des ombres le hanter en permanence alors qu’en méditation, c’était la lumière de l’Unité qu’il ressentait. Bien qu’il n’agissait pas en leur faveur, ces énergies noires le collait et hantaient ses pensées au quotidien.

    Cela jouait terriblement sur son bien être et à 41 ans, Simon prenait la décision de consulter un magnétiseur qui travaillait sur les énergies via la Kabbale. Ce magnétiseur détecta tout  de suite ces énergies sombres et lui proposa contre une somme rondelette de les éliminer. Simon hésita au départ, mais finalement accepta pensant que son bien-être passait avant l’argent.

    En octobre 2012, Le magnétiseur se mit au travail. Mais, Il fit face à des énergies bien supérieures à celles qu’il avait détecté, et fut malade pendant une semaine. Il se faisait aider par un ami chamane et tous deux réussirent à enlever 90% des énergies négatives de Simon. Comme il fut aidé par le curé en 1523 pour la création d’énergies noires, il fallut qu’il soit aidé à nouveau pour les éliminer à notre époque. La boucle était bouclée. Presque du jour au lendemain, Simon se sentait un homme neuf, il n’y avait plus cette dualité en lui, cette dualité entre le bien et le mal. C’est comme s’il s’était ré-incarné sans passé par le stade mort/naissance.

    Bien sur, il restait 10 % d’énergie malsaine mais cela n’était pas du au travail mal fait du magnétiseur, ni au hasard. C’est 10% devait être géré par Simon. En effet, l’ange en lui avait bien grandi, mais le démon, bien que tout petit dorénavent, ne devait pas être nourri. A Simon de le laisser mourir en alimentant que l’ange en lui, l’ange qui était son vrai soi, alors que le démon n’était qu’un soi illusoire auquel il avait donné vie et nourrit. Simon le savait et travaillait au quotidien à ne pas nourrir ce petit être diabolique qui pourtant s’exprimait par le mental de Simon. C’était à lui de se couper de son mental et de se rappeler qui il est vraiment. Ce travail était bien + simple par rapport à tout ce qu’il avait connu, et était toujours plus lumineux de jours en jours. Il avait maintenant un bien être grandissant en lui. Moins il nourrissait ce petit diablotin, puis ce dernier rapetissait et plus l’ange grandissait. Simon avait profité du virage de 2012, sans en être conscient.

     

     

     

    Flag Counter


    votre commentaire
  • Scénes de vies antérieures, visitées sous hypnose le 9 mai 2012. Nicky est mis sous hypnose par Allan et Karlottha. A la narration : Mathieu. A noter que Nicky n’avait jamais fait de séances d’hypnose auparavant et ne savait pas à quoi s’attendre.

    Dans cette séance, Nicky  voit donc des scènes de ses vies antérieures. Il est manifesté toujours sous la même apparence pour qu’il se reconnaisse, celle d’un homme brun portant une moustache.

    1ere scène :

    Il voit une plaine verte, dans la montagne. Il fait beau mais il y a du vent. Le paysage et désert, seul un homme se promène. L’endroit est paisible, on entend des oiseaux chanter, et on peut voir des papillons blancs.

    Puis Nicky voit un clocher en bois, avec une tour de garde. En contre plongée, il y a une tourelle. Il y a une tour de surveillance avec des fenêtres. L’endroit est non précisé géographiquement mais la scène se passe en France. On peut voir des remparts.

    Nicky entend des bruits de chevaux. On peut aussi entendre des enfants qui rient et voir des femmes qui lavent le linge dans un lavoir. L’ambiance est sereine. Il semble y avoir de l’animation dans le village, cela ressemble à un jour de marché. Beaucoup de villageois portent des vêtements marrons. nicky voit un homme moustachu, ses cheveux sont bruns et porte un chapeau. Il voit aussi  un blason de couleur blanc et bleu et un lion rouge à l’intérieur. Dans cette scène, Nicky est acteur et spectateur. Il voit un caniveau avec une grille au bout de celui-ci.  Il voit aussi des poule noires et une oie passer devant lui, il y a également un chien blanc et marron. Il voit aussi qu’on est en train d faire cuire un cochon qui et en brochette au dessus d’un feu. Il y a  aussi une carriole en bois, non tractée, pleine de paille. On assiste à une scène quotidienne dans un village, il y a plusieurs siècles.

    2e scène.

    Nicky voit un petit voilier blanc amarré le long d’un quai, au bord de la mer. Des marchands jettent des filets dans la mer. Des hommes   jettent aussi des sacs lourds sur une charrette, ce sont des sacs de blé et de noix. Il semblerait que ces derniers soient importés d’un autre pays. La scène se passe dans les Balkans au 15e siècle. Nicky voit des maisons à colombages. Des hommes portent de petits gilets de couleur, avec des grandes chemises blanches. Il y a un accordéoniste qui joue de la musique tsigane. L’homme brun à moustaches est la. Il porte une chemise blanche, un pantalon court et des chaussettes blanches. Il porte aussi un petit gilet vert et un anneau doré. Dans la scène, il y a aussi la présence d’un perroquet jaune et bleu.

    C’est maintenant le couché de soleil. Il y a une taverne près du port, où on entend les hommes qui tapent des mains. Ils boivent de la bière. L’alcool coule à flot. Dans la taverne, il y a un vieux piano en bois clair avec une pédale en laiton, ce piano est en fait un  clavicorde. Les touches  de celui-ci  sont de couleur ivoire et noire. Le pianiste porte un gilet marron et un pantalon noir.

    Ensuite, Nicky voit une grosse vitre jaune avec des barreaux en fer forgé. La scène se passe toujours dans les  Balkans , au bord de la mer noire. Il est cet homme moustachu, qui est forgeron dans cette vie. Nicky voit une enseigne  de couleur ivoire accrochée avec des chaines. Il y a aussi  des chaines qui montent et qui descendent dans la pièce où l’homme travaille, ce sont surement des poulies, et il y a aussi une enclume. Le forgeron porte un tablier, une chemise rayée de couleur ivoire et un gilet en peau de bête. L’homme à 43 ou 44 ans , et nous sommes en l’an 1475. Durant cette scène, Nicky ressent , en état hypnotique,  la chaleur de la pièce ou travaille le forgeron, la chaleur ressentie est   insupportable, et je suis obligé de le faire quitter  cette scène.

    3e scène.

     

    Nous sommes maintenant au 18e siècle. Nicky voit une femme d’environ 30 ans, qui porte une robe violette. C’est une blonde aux yeux bleus. Elle porte une ombrelle rose et blanche. On voit passer Un homme habillé en noir qui conduit une calèche tirée par des chevaux. Nous sommes dans une grande ville, les rues sont pavées. L’homme moustachu est à nouveau présent dans la scène. Mais, malheureusement, Nicky se réveille et revient à la pleine conscience, à cause d’un bruit soudain pendant la séance. On ne connaitra pas la suite.

    Flag Counter


    votre commentaire
  •  

    Dans cette séance d’hypnose, je revis quelques bribes de scènes d’une vie antérieure au moment de l’arrestation des femmes accusées de sorcelerie en 1610 dans le village de Zugarramurdi qui est aujourd’hui en Espagne.

     

    Je suis dans la peau d’une femme qui ne fait pas partie des femmes qui se réunissaient dans la grotte de Zugarramurdi, mais je prenais partie pour elles et les soutenais.

     

    Les gens appelaient les femmes qui se réunissaient dans cette grotte des sorcières, mais elles n’en n’ étaient pas. En fait , ces femmes étaient des magnétiseuses, et guérissaient les gens avec leur don de magnétisme. L’église les a accusé de sorcellerie, ce qui était complétement faux et les accusateurs le savaient bien, mais elles étaient trop dangereuses pour l’église , car elles avaient un pouvoir que n’avait pas l’église , et il fallait éliminer tous les pouvoirs extérieurs. L’inquisition dit agir au nom de Dieu mais c’est pourtant bien le diable qu’elle honore par ces accusations fausses et ses actes barbares.

     

    Je suis une femme qui a des connaissances et j’ai des idées différentes de l’église. Ils me considèrent même comme dangereuse car je prône l’idée qu’on peut penser par soi-même. Mais avant l’affaire des soi-disant sorcières, ils ne peuvent pas m’arrêter car ils n’ont pas de bonnes raisons de le faire.

     

    Mais, Comme je prends partie pour les femmes arrêtées à tort pour sorcellerie, ils m’arrêtent aussi, depuis le temps qu’ils voulaient le faire, ils jubilent. Dans une scène, je me vois ligotée et surveillée par un homme habillé en capucin. Sa capuche est marron. Je ne peux plus bouger. le sang ne circule plus car ils m’ont lié les mains trop fort. Cet homme prie pour mon âme alors que je ne suis pas morte. Je le trouve complètement ridicule. Bien que je sois condamnée à mort, je n’ai pas peur.

     

     

    Flag Counter


    votre commentaire
  • Version audio

    Vie antérieure vécue sur un continent disparu. A la narration : Karlottha

    Nous sommes en moins 54000 ans avant Jésus Christ. : je suis une très grande femme aux cheveux noirs raides avec un ornement doré sur la tête. Je porte une longue robe blanche d’un tissu léger avec des dorures. Je ressemble à un pharaon qui aurait le teint pale, je suis très belle. Je ne semble pas avoir de conjoint. Je tiens un bâton en or qui représente la puissance (un genre de sceptre avec quelque chose d’ailé). Mon nom est SHIVA ou SHIVINA . Je suis une prêtresse de très grande taille. Je suis dans un groupe de pensée. Je porte une coiffe bleue et jaune sur la tête comme d’autres. Autour de moi, Les gens sont habillés avec des couleurs clairs. Beaucoup portent des vetements blancs et ivoire.

    Je vois des grands espaces. Tout y est propre, lisse, beau et éclatant avec de l’or et une matière grise inconnue qui pourrait ressembler à du marbre. Il y a des grands palais aux sols brillants où tout est immense et pourtant rudimentaire en mobilier. Il y a aussi des temples, lieux de rencontres et de concertation. Je vois aussi des pyramides en or. La notion de richesse et de pureté sont très présentes. J’habite un grand palais lumineux malgré le fait que je ne vois pas de fenêtre. Les murs semblent phosphorescents. Les éclairages sont naturels. Le peuple est de grande taille et regroupe de nombreux êtres intellectuels et pacifiques, qui semblent communiquer par télépathie, d’ailleurs Tous les gens ont des pouvoirs psychiques. Ce groupe aspire au respect de chacun, ce qui est une notion forte, tout comme la fraternité. Le pouvoir n’existe pas et notre peuple est pacifiste et plein de sagesse. Souvent, Les gens se rassemblent dans des temples pour réfléchir et discuter ensemble.

    Au niveau santé, Il ne semble pas y avoir de malade. Dans la scène, j’ai environ 30 ans, ce qui semble être très jeune car cette peuplade vit 5 à 6 fois plus longtemps qu’à notre ère. Je vois des moyens de transport : Ce sont des bâtisses ou vaisseaux naviguant sur les eaux qui relient les terres.

    Nouvelle scène : je vois un conflit à l’intérieur de notre peuple, ce qui est nouveau pour nous. Certains veulent s’emparer du pouvoir à des fins égoïstes. Il y a des dissidences autour de moi mais pas de remise en cause me concernant. Ils n’écoutent plus la prêtresse que je suis, je perds le crédit que j’avais auprès des gens J’assiste donc à l’apparition de la violence, inconnue à ce jour et contraire à notre concept de vie initial. Des êtres se disputent pour le pouvoir ce qui les conduit à un rapport de force et semble être le début d’un grand conflit fratricide. Il y a Elimination physique entre les êtres qui se disputent. Les valeurs de l’amour et du respect semblent disparaitre. Les types de croyances semblent bousculés et cela changera à jamais. Ce conflit sera fatal pour l’évolution + loin dans le temps. C’est la Fin d’un groupe, d’une façon de penser mais pas d’une civilisation (à ce moment la).

    Note complémentaire : d’après Timo qui m’a mis sous hypnose, cette vie se déroulerait en Atlantide.

    Flag Counter


    votre commentaire
  • quelques courtes scènes avec les barbares Germains au 14e siecle

    Flag Counter


    votre commentaire
  •  

    01 Edith. Vie antérieure visitée le 25/11/2008 avec le jeu des vies antérieures de Bernard Raquin.

     

    On est au début des années 20, je vois un vieux train mais je ne suis pas dedans. C’est une locomotive noire. Il fait jour, il fait beau, d’ailleurs c’est le printemps et je suis seule. Je suis dans la campagne. Je porte une jupe longue d’un tissu épais de couleur clair. Je me sens bien, libre et sans contraintes. Le train qui passe me rend heureuse car il semble que j’aime les trains. Ce train transporte des voyageurs.

     

    Ensuite je marche le long des rails, je porte des sabots marron clairs aux pieds et je tiens un panier vide. J’éprouve de la joie, un bonheur simple et je longe la voie ferrée, c’est un repère pour suivre mon chemin.

     

    Je suis une jeune femme et me nomme Edith , j’ai un peu moins de 20 ans et je vais rejoindre une connaissance, un jeune homme, cela me procure de la joie.

     

    Au niveau social, je suis pauvre mais je m’en fiche. Au niveau familial, je suis fille unique. Je n’ai pas connu ma mère car elle est décédée en me mettant au monde, ce qui me fait penser que j’ai une dette envers elle car je me sens responsable de sa mort. J’ai été donc élevée par mon père qui est un homme possessif car il n’a plus que moi au monde. Il a une moustache, je le vois avec des cheveux gris, épais et frisés.

     

    Nous habitons près des rails où beaucoup de trains circulent. J’ai passé beaucoup de temps de ma vie au chevet de mon père. Notre maison est isolée, elle est en bois. C’est mon père qui l’a construite. On est en 1923 et je le vois couper du bois dans cette scène.

     

    Nouvelle scène : on est le soir, j’entends les grillons, Je vois à nouveau le jeune homme qui se nomme Albert, j’ai l’impression de bien le connaitre pourtant je ne le vois pas souvent. Il y a un bon feeling entre nous. Il a les cheveux bruns et porte une casquette sur la tête. Je le vois fumer du tabac roulé et ne rien faire d’autre, il est assis contre une barricade. Il est surpris de me voir d’après ce qu’il dit. Il m’attendait sans croire que je viendrais. Je lui annonce la mort de mon père. Il n’est pas très expressif , plutôt j’en foutiste. Il vit encore chez ses parents. Dans la scène, on parle tout bas.

     

    Je vois l’enterrement de mon père. On est dans une église, le cercueil est sur une charrette. Il y a peu de monde, je vois une grosse femme pas aimable qui se nomme Alphonsine. Je ne suis pas à l’aise et ne pense qu’à partir d’ici.

     

    Nous sommes au milieu des années 30, je mets au monde un garçon qui s’appelle Celestin. Le père est Albert avec qui je vis mais nous ne sommes pas mariés. Ensuite vient le début de la guerre avec les Allemands. Albert est mobilisé et s’en va faire la guerre, il dit qu’il va nous protéger pourtant il dit qu’il ne veut pas subir la guerre des tranchées comme ses aïeuls en 1916 mais il part quand même. Je retourne avec mon fils dans la maison de mon père qui est restée inhabitée depuis mon départ.

     

    Nous sommes maintenant en 1954 , Albert n’est jamais revenu, il m’a manqué. Mon fils a environ 20 ans, il est très grand.Au moment de cette scène, je suis bouleversée, car ce fils de cette autre vie est mon frère de ma vie actuelle. Donc en 1954, Celestin veut partir car il a de grands projets. Il a été à l’école et est instruit. Malgré sa présence, je me sens seule et je vis toujours dans la maison de mon père. je porte une robe noire.

     

    Peu après je décède d’un cancer généralisé. Mon fils Celestin est debout devant ma dépouille allongée sur le lit de mon père. Celestin n’est pas parti et a attendu que je meurs pour partir de la maison. Il a vécu la même chose que moi en restant au chevet de son parent jusqu’au bout. Je retourne dans l’au-dela et retrouve Albert mort à la guerre. Nous sommes contents de nous revoir. J’ai vécu une vie simple où il fallait que je crois en moi en prenant les responsabilités d’éducation de mon fils seule. Celestin mourut vers 1975 à cause d’un accident de chasse. Il se réincarna en 1986 sous le prénom Mickael, mon frère actuel benjamin de 14 ans dont je me suis occupé comme mon fils.

     

    Flag Counter


    votre commentaire
  •  Gwendoline

    La scène se passe  au 14e siècle, au Pays de Galles. Je vois un chapeau de fée de couleur dorée avec un voile léger  blanc écru. C’est une jeune femme au teint rosé qui le porte. Elle ne ressemble pas à une fée par sa beauté mais par son allure et ses habits. Elle porte une grande robe bleue pale avec une sorte de ruban noué  à la taille. Ses cheveux sont châtains, ils sont longs, attachés en haut du crâne. Elle est âgée d’environ 25 ans. La scène se passe sur un domaine seigneurial. Comme c’est quelqu’un assez doué de ses mains , tout le monde l’appelle la fée. Du coup, elle se prend au jeu , elle s’habille comme une fée. Elle ne fait partie ni d’une famille royale ni d’une famille de pauvres. Elle n’a aucun titre mais elle est respectée car elle a des talents, ce qui lui donne certains privilèges. Je la vois dans le domaine. Celui-ci comporte un château et de grands espaces verts. Elle n’a pas d’enfants, pas de mari, elle rit tout le temps, elle est d’humeur joyeuse en permanence. Elle a des activités, elle confectionne des robes,  des broderies et  elle fait de la couture. Elle est aussi douée pour le jardin et sait le nom des plantes. Elle a  tout appris toute seule. A partir du moment qu’elle s’intéresse, elle apprend rapidement, elle est autodidacte. Elle n’a pas de maître, mais elle n’est pas libre de son destin car c’est une femme, mais elle n’en demeure pas moins respectée par ce qu’elle sait. Il y a un seigneur dans le domaine,  mais elle ne le côtoie pas vraiment. Elle parle autant aux cuisinières qu’aux féodaux, les vassaux du seigneur. Elle côtoie tout le monde, elle n’a pas de rang. Elle semble heureuse.

    Je vois une nouvelle scène ou on retourne dans son passé, car elle a 8 ans. C’est une petite fille pas très aisée, une  fille de paysans. Elle s’intéresse à la lecture, pourtant  elle ne sait pas  lire, elle a des rêves plein la tête et elle pense à tout ce qu’elle pourrait savoir si elle savait lire. Elle n’est pas très bien comprise des autres, je la vois marcher avec une sorte de sabots , mais ça ne doit pas s’appeler des sabots , elle a une espèce de coiffe blanche qui lui couvre les oreilles. Elle marche le long d’un ruisseau qui se trouve tout près de chez elle. Elle lance des cailloux dedans, l’eau est très claire, transparente, on voit les petits cailloux qui sont au fond du ruisseau. Le ruisseau n’est pas très profond.  Elle côtoie d’autres enfants mais ils n’ont pas les même attraits. Les autres passent leur temps soit à jouer ,ou soit à travailler avec leurs parents. Elle , elle passe du temps à penser.

    Ensuite, je vois une scène où elle est plus vieille, elle a 35 ans. Elle a des espèces de macarons sur les oreilles, une coiffure médiévale, elle est malade , elle tousse. J’ai l’impression qu’elle a la tuberculose ou quelque chose qui s’y apparente. Elle est couchée , il y a une sorte de servante qui s’occupe d’elle, il y a aussi un curé, mais  elle s’en fout un peu. Elle espère qu’il y a quelque chose après la mort, en tout cas elle n’a aucune crainte. Elle n’a pas de foi religieuse.

    Elle décède suite à cette maladie et je vois son retour dans l’au-delà. Elle voit un prisme. Il est très éclatant avec facettes multicolores , Il est lumineux, on dirait vraiment un beau bijou en verre .  Elle va dans le prisme, il y a d’autres personnes qui sont déjà à l’intérieur. Elle retourne chez elle dans l’au-delà. Elle s’est incarnée pour montrer que malgré  son statut, elle pouvait se faire une petite place. Elle a réussi son challenge, son défi. C’est pour ça qu’elle est morte jeune , c’était pas la peine  de continuer cette incarnation, cela aurait été inutile. Si elle n’avait pas réussi à atteindre son but , elle aurait vécue + longtemps, pour avoir plusieurs chances de réussir. Cela est valable  pour tout le monde , de nos jours aussi , une fois le défi relevé ou la mission accomplie , l’être meurt , sauf s’il souhaite rester bien évidemment, mais souvent l’être s’en va et retourne chez lui, car c’est une dimension bien + agréable que celle de la Terre. Avant de  s’incarner, l’être se programme un chemin initial avec des petites bifurcations selon le comportement qu’il aura sur la Terre. Tout n’est pas forcément prévu au centimètre près, car l’être utilise son libre arbitre. Certains êtres ratent leur mission et il faut qu’ils recommencent.

     

    Flag Counter


    votre commentaire
  •  

    Séance  de visualisation en ECM du 16 mars 13

     Vie antérieure qui se déroule à la fin du 18e siècle, par Karlottha.

    Je vois un four à pain en pierre dans une grande pièce. Dans cette maison les gens font leur propre pain. Il y a une femme avec un bonnet style «  la laitière », elle n'est pas très belle. Elle a une robe avec un tablier blanc par-dessus. Elle fait le pain,  elle utilise un grand instrument en bois pour prendre le pain rond au fond du four pour ne pas se brûler. C'est carré au bout avec un très long manche, elle est seule  dans la pièce.

    Nouvelle scène :

    Il y a une grande table avec beaucoup d'enfants. Il y a plus de filles que de garçons. Leur père n’est pas encore rentré, il  travaille encore la terre. Il y a des tabliers accrochés, des tabliers de champs. Ils sont bleu marine avec des poches pour mettre les outils. Les enfants mangent  la soupe avec des bouts de pain dedans. Je vois  une marmite de soupe. Ensuite, ils mangent du fromage.

    Juste après le souper, ils vont se coucher, ils sont tous entassés dans la même pièce, ça fait comme des recoins avec des rideaux épais qui sont tirés pour faire des couches à part. Les rideaux sont sales. Ce n’est pas la mère qui les couche, ils se couchent tout seul, les grands couchent les petits. Ils ont tous des chemises de nuit ce blanches même les garçons. Il n'y a pas de lumière, c'est des bougies. Tout est bien coordonné, il n'y a  pas de cris, les enfants sont sages, pourtant ils sont nombreux.

     

    Maintenant le père rentre, il a un chapeau de paille, il le met sur le portemanteau. Il n’est pas jeune, il a au moins 50 ans, il fait très vieux. Il est fatigué. Le champ n'est pas tout près de la maison. Cela fait de la marche quand il faut rentrer. La maison est  en pleine campagne, il n’y a pas de voisins, c'est très silencieux. Ces gens n'ont pas l'air riches mais ne sont pas pauvres non plus, la femme reste à la maison, ils n'ont  pas d'animaux, ce ne sont pas des fermiers.

     

    Nouvelle scène :

     

    La femme  est en train de lire un gros livre, je pense que c'est la Bible. Elle a des petites lunettes rondes. Son mari  est couché. Elle,  elle lit à la table, c'est le seul endroit éclairé dans la maison.

     

    Tous ces gens sont des inconnus  pour moi, et je ne sais pas dans quel pays cela se passe.

     

     

     

     

    Flag Counter


    votre commentaire
  • Alexandrine :

    éléments d’une  vie antérieure vécues par Vero sous hypnose le 19 aout 2012.

    Vero aurait été Alexandrine Pouponnot,lors d’une autre vie au début du 20e siecle.

    Elle serait née vers 1880, peut être un peu avant. Elle serait la fille de Alphonse et Anne-Marie Pouponnot . Elle aurait un frère (Alphonse) et une sœur (Marie albertine).

    Vers 18 ou 20 ans, elle a un fils (Pierre né le 30 mai 1901) avec un certain Jean, qui ne fut qu’un amour de passage. Elle a rencontré cet homme lors d’un pique nique,  au bord d’une rivière (ou un canal)   il y avait beaucoup de monde le jour de leur rencontre, il faisait chaud . Cet homme etait moustachu (petite moustache) , portait une casquette , il avait les yeux clairs . il était + agé qu’elle. C’était le genre tombeur et aventurier .

    Concernant son métier, Alexandrine aurait travailler dans une bijouterie  , Boulevard Malherserbes à Paris . Elle a fait toujours les mêmes gestes , ce qui lui a donné mal au bras gauche (comme une paralysie) , elle était d’ailleurs gauchère. Elle était aisée. Il est possible qu’elle fut propriétaire de sa bijouterie, mais cela reste à confirmer.

    Autres scènes  que voit Vero :

    Elle est dans une cuisine, à table avec son fils Pierre qui a 6-7ans.

    Elle marche dans l’ avenue de la république , elle  porte une robe marron foncée , un chapeau, elle a les cheveux attachés en chignon et elle a une ombrelle. Vero ne sait pas où elle va.

    Puis, Elle est dans un jardin public dans le 17e arrondissement.  Dans cette scène, elle a 37 ans.

    Elle meurt à 41 ans de la tuberculose. Elle voit son fils à coté de son lit de mort , il environ 20 ans, il est bien habillé.

     

    Concernant son retour dans l’au dela, Alexandrine voit une lumière blanche, Rien d’autre.

    Flag Counter


    votre commentaire
  •  

    Willem

     

    vie antérieure visitée sous hypnose par Karlottha, séance guidée par Andléga.

     

    la vie se passe en Allemagne, en Bavière au 17e siècle

     

    la 1ere scène: j'ai entre 5 et 10 ans et je n’ai plus mes parents, j’ai été recueilli par un monsieur qui est mon tuteur. L’homme est agé et habillé avec des vêtements d’intérieur. IL est maigre. Il est gentil mais strict. Il n’y a plus de femmes dans la maison. Cet homme qui m’a recueilli aime la peinture. Je vois des tapisseries inconnues qui sont accrochées. Cet homme, je ne le considère pas comme mon père mais comme un maitre, un enseignant . Il me semble l’appeler Dominus, d’ailleurs il m’apprend le latin. Mon apparence me fait penser au fils de Rembrandt en peinture (blondinet avec une coupe au carré).

     

    Ensuite, vers 15 ans : je suis un jeune homme avec les cheveux coiffés au carré. J’ai une petite armure et suis toujours dans la maison.

     

    Vers 20 ans : Je porte des bottes, des gants et un grand chapeau. Je suis barbu, ma barbe est taillée en pointe. Je monte à cheval, d'ailleurs je me vois donner des coups de pieds dans la panse du cheval. Je traverse les plaines et les forêts, il n’y a pas de route. Il fait beau comme il peut le faire lors d’un mois printanier. Je voyage serein, confiant. Je progresse à travers les campagnes verdoyantes pour rejoindre une femme, ma promise. Nous sommes dans les années 1620. J’arrive devant une grande bâtisse aux murs de pierre. Elle se dresse tel un château médiéval qui n’a pas l’air entretenu. Une tour ronde avec une coupole telle qu’on peut les voir en Russie attire mon attention. Je pense que je suis en Allemagne. La lettre « G » me vient.

     

    Je ressens des émotions paradoxales, celle de l’excitation qui me donne envie de découvrir cette femme que je rejoins et celle de l’appréhension de ne pas être à la hauteur des espérances de ladite femme.

     

    Ma promise est jeune, très jeune, 16 ou 17 ans et paraît très innocente. Ses cheveux blonds sont attachés au milieu de son crâne et retombent sur sa nuque en anglaises. Son teint est pâle. Elle porte un voile et est vêtue d’une robe jaune. Elle se tient devant une fenêtre aux petits vitraux. Elle est seule face à moi mais il y a certainement d’autres personnes qui résident dans cette demeure. Elle ne parle pas. Son visage m’est inconnu. Un nom me vient « warhin ».

     

    Je vois une autre scène : elle a toujours 16/17 ans et porte sa robe jaune. Elle rit et parle dans le jardin, il fait beau. Elle semble heureuse. Je suis assis sur une terrasse en pierre et porte une veste ou un ensemble élégant. Je porte aussi un chapeau kaki avec une plume (Un chapeau en triangle devant). J’admire la jeune fille. Elle est devant un château aux murs abimés, un château qu’elle semble habiter avec d’autres personnes. Un petit ruisseau coule au pied du château.

     

    Ensuite, plus tard dans le temps, Je distingue une nouvelle image où je me trouve devant un lit. Cette jeune fille qui est devenue ma femme est morte. Elle est jeune et a péri d’une maladie où elle toussait beaucoup. Nous n’avons pas d’enfant. Triste, je décide de partir.

     

    Puis, je suis guidée 5 années plus tard et là une date s’inscrit très lisiblement, gravée sur un bloc de pierre, « 1633 ». Je voyage à cheval, je ne connais pas le but du voyage, je longe un fleuve. Je vis de l’argent que j’ai emporté dans ma bourse. J’ai des amis qui semblent pauvres avec qui je bois dans une taverne. Ils s’amusent, rient beaucoup. Je n’ai pas envie de rester en leur compagnie. Je reprends la route.

     

    Nouvelle scène: Je suis ensuite transportée dans une ville qui me paraît assez grande mais que je ne connais pas. Je vois une rue pavée. Je suis toujours en Allemagne. La ville subit une invasion militaire et l’armée fait évacuer les habitants de leur maison. Les soldats sont bien habillés. Ils sont vêtus de vestes assez longues, leur costume est bleu et blanc et ils sont coiffés d’un chapeau foncé à cornes, certains portent même une perruque blanche nouée en queue. Ils me font penser à l’armée française. Une année me vient « 1645 » et un nom « Wilhem K ». Je semble être âgé d'environ 40 ans. Je fuis ces scènes de foule affolée en carrosse et il me semble que je me sois déguisé en soldat pour ne pas être pris. Je fuis donc la guerre, je semble être en Bavière, je n’ai pas peur et suis futé mais je reste impuissant pour ceux qui vont souffrir.

     

    Autre scène : c’est le soir, j’entends des hommes parler dans une forêt, c’est une patrouille française autour d’un feu qui crépite, ils discutent entre eux et rigolent, il me semble qu’ils préparent une attaque, je suis caché et ils ne me voient pas. Ils sont habillés comme décrits plus précédemment. En ce qui me concerne, je porte des chaussettes jaune moutarde, un pantalon bouffant marron et une veste usée. Je pense ne pas être loin du Lindau. Je me sens impuissant face à cette situation et je vais partir sans être vu.

     

    Ensuite je fuis toujours, je fuis ma vie. J’ai faim, j’ai une douleur dans l’estomac comme un mal lancinant. Je me vois vers 60 ans et je suis malade, Je m’écroule sur une table de taverne et je meurs seul.

     

    Je vois la scène de mon retour dans l’au-delà après cette vie. Je suis dans l’antre d’un endroit qu’il m’est difficile à décrire. On dirait une très vieille église qui aurait subi de gros dégâts, elle est ouverte, sans toit. Je vois le christ crucifié. Je suis désincarné et je veux rencontrer Dieu. La Vierge Marie, vêtue de bleu m’apparaît dans un halo blanchâtre à ma gauche. Elle m’attire, sa présence est réconfortante. Elle me dit de revivre, que cette vie est gâchée et que je ne devais pas rester seul. Elle ne m'en veut pas et elle me donne la possibilité de nouveaux choix, je décide de revenir sur Terre.

     

    Notes complémentaires : Après quelques recherches sur internet, j’ai découvert qu’il y avait eu une guerre de 30 ans en Allemagne à cette époque, ce que je ne savais pas avant d'effectuer cette séance. De plus, il y a eu une invasion française commandée par Turenne, le 3 août 1645 lors de la bataille de Nördlingen, ville, située en Bavière, qui a été décimée de la moitié de sa population. J’ai trouvé aussi la bataille de Mergentheim qui a opposé les troupes françaises aux troupes bavaroises le 5 mai 1645. Il me semble que j’ai fui ces batailles et que la date « 1645 » corresponde bien à des faits historiques réels dont je ne connaissais pas l’existence. Après vérification sur internet, les costumes et chapeaux vus sous hypnose correspondent aux vêtements de l’armée française du 17ème siècle. à mon retour dans l’au-delà, Andléga pense que mon guide a pris l’apparence de la Vierge Marie, représentation utilisée selon ma croyance au 17ème siècle, pour me rassurer et m’attirer vers lui car je semblais perdu.

     

    Concernant cette vie, la mort de ma femme m’a laissé un sentiment d’abandon que je n’ai pas su relever et, je n’ai rien construit malgré mon jeune âge. Il me semble que cette vie fut extrêmement passive et inutile.

     

     

    Flag Counter


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique